Les comportements à risque

Comportements à risque

Écrit par Klaus

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le colle-au-train


C’est un comportement auquel nous sommes (trop) souvent confrontés: vous roulez tranquillement dans votre voie et vous vous apercevez qu’une auto vous colle d’un peu trop près et vous suit comme votre ombre. Vous décidez alors de changer de voie, mais le «colle-au-c..» vous imite.
Pour vous débarrasser de ce type d’individu, il faut réagir rapidement.
Dès que vous l’apercevez dans vos rétroviseurs, protégez votre voie en roulant dans le tiers central de celle-ci et communiquez vos intentions en vous servant des clignotants, du frein, voire en jouant du klaxon. Ralentissez graduellement afin d’augmenter la distance avec le véhicule qui vous précède et signalez, à l’aide de vos clignotants, votre volonté de changer de voie. Entreprenez la manœuvre sans hésitation afin que le conducteur qui vous suit n’ait pas de doute sur vos intentions. Soyez prêt à réagir rapidement en gardant deux doigts sur le frein et sur l’embrayage. Tournez la tête et vérifiez vos angles morts avant d’entreprendre une manœuvre.

Le chauffeur du dimanche


C’est, le plus souvent, un banlieusard ou un citadin qui voyage habituellement en transport en commun.
Qu’il conduise machinalement ou occasionnellement, il se déplace souvent à une vitesse erratique. Il passe son temps à accélérer soudainement (surtout s’il pense que vous voulez le dépasser), puis à ralentir jusqu’à rouler à une vitesse de tortue. Après plusieurs kilomètres de ce manège, votre frustration prend le dessus et vous tentez un dépassement… au moment où l’énergumène décide de tourner à gauche, à la dernière minute, souvent sans signaler son intention, afin d’entrer dans son allée.
La vitesse erratique du véhicule aurait dû vous indiquer que l’automobiliste cherchait son chemin ou n’avait pas conscience de votre présence. Dans un cas comme dans l’autre, vous auriez dû prévoir qu’il pouvait s’arrêter ou tourner soudainement. Dans une telle situation, il est toujours préférable de le dépasser tôt et rapidement dans une portion droite de la route, loin d’une intersection ou d’un endroit propice à un virage à gauche (entrée de garage, allée, stationnement de centre commercial, etc.)

Le distrait ou le téméraire


C’est généralement sur les voies rapides qu’on le rencontre. Il roule dans la voie de gauche ou du milieu, à vive allure, et change de voie soudainement et à la dernière minute pour prendre la prochaine sortie. Si vous n’y prenez garde, c’est le vol plané garanti.
À l’approche d’une bretelle d’autoroute ou d’une sortie de rocade, anticipez ce genre d’attitude. Surtout si vous roulez dans la voie de droite. Beaucoup d’automobilistes présumeront que vous voulez également sortir. Dans ce genre de situation, il est préférable de se déporter dans la voie du centre ou celle de gauche bien avant d’arriver à la bretelle afin de ne pas vous retrouver dans l’angle mort d’un véhicule conduit par un distrait ou un téméraire.

Le zigzagueur


Vous roulez sur autoroute urbaine, dans la voie de droite et vous décidez de dépasser un véhicule lent. Mais, au moment d’effectuer votre manœuvre, une auto circulant dans la voie de gauche décide elle aussi de passer au centre en doublant par la droite (même si ce n’est pas recommandé, c’est fréquent). Le zigzagueur est généralement impatient et ne supporte pas que d’autres véhicules circulent dans sa voie, encore moins à une vitesse inférieure à la sienne.
Quand vous décidez de changer de voie, positionnez-vous de façon à avoir de la marge après la manœuvre. D’une façon générale, il est préférable de se laisser au moins une longueur de voiture. Prenez le temps d’observer la circulation dans les autres voies et prévoyez les dépassements ou changements de voie probables. Indiquez votre intention au moins trois secondes à l’avance et n’oubliez pas de tourner la tête afin d’être averti de ce qui se passe autour de vous.

Le fiévreux du samedi soir


C’est samedi soir (ça marche aussi le vendredi, et de plus en plus). Vous regagnez tranquillement vos pénates. Vous êtes sobre et éveillé. Vous vous arrêtez à un feu rouge, en bon citoyen respectueux des lois et des règlements quand vous entendez un crissement de pneus juste derrière vous. Puis c’est le choc et, si vous êtes chanceux, vous vous retrouvez de l’autre côté de l’intersection, sonné mais en un seul morceau. Vous êtes un des nombreux motocyclistes emboutis par un automobiliste saoul ou somnolent après une longue soirée de fête.
Les motos sont difficilement visibles, surtout la nuit ou lorsque la visibilité est réduite. Dans un tel cas, prévoyez que vous pourriez devenir la cible involontaire d’un chauffard arrivant derrière vous. Regardez fréquemment dans vos rétroviseurs. Si vous apercevez un véhicule s’approchant à grande vitesse, déplacez-vous rapidement sur le côté de la route afin d’éviter l’impact possible. Il n’est jamais prudent de rester immobilisé au point mort dans la circulation. Il est préférable de se mettre en première, embrayage engagé, afin de pouvoir réagir rapidement aux nombreux aléas de la circulation.
Encore mieux, portez des vêtements de couleur vive, un baudrier fluo, un feu de position ou un feu stop sur le casque, apposez des autocollants réfléchissants sur l’arrière et les côtés de votre moto.

L’endormi


Vous êtes en route pour le travail et vous traversez une zone résidentielle. Avec ses allées ou ses sorties de garage, dans lesquelles les voitures sont immobiles, aussi endormies que leur propriétaire. Soudain, l’une d’elles déboîte devant vous, sans préavis.
À cette heure de la journée, vous auriez dû prévoir que vous ne seriez pas le seul à vous rendre au travail et que chacune de ces voitures représentait un risque potentiel. Dans un tel cas, soyez alerte et sachez lire les signes indicateurs d’une activité possible: conducteur se rendant à son auto, fumée sortant du tuyau d’échappement, bruits de moteur, etc.
Ralentissez et soyez prêt à freiner d’urgence en gardant deux doigts sur le levier de frein. Si vous n’avez pas suffisamment d’espace pour arrêter, soyez prêt à effectuer une manœuvre d’évitement soit vers la gauche de la voie, s’il n’y a pas de circulation dans la voie opposée, soit vers la droite, dans une entrée de garage, par exemple, puis arrêtez-vous. Rappelez-vous que la plupart des accidents arrivent à une intersection, en ville ou en banlieue. Soyez donc doublement prudent dans de telles circonstances et sachez comment réagir.

Ajouter un Commentaire

Commentaires de harcèlement: Bien que la conversation et le partage d'idées différentes soient encouragés, tous les commentaires doivent être respectueux vis-à-vis de nos contributeurs et ceux qui laissent des commentaires.
Commentaires anonymes: Nous n'acceptons que les commentaires des personnes qui s'identifient.
Commentaires promotionnels: Si un commentaire est uniquement de nature promotionnelle, nous le supprimerons du site.

Code de sécurité Rafraîchir

Catégorie :