2011-07: Tyrol Autrichien

2011-07: Tyrol Autrichien

Écrit par Klaus

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

2011-07: Le Tyrol Autrichien…

Du Tyrol Autrichien ( l’Italie et la Suisse de passage) à la Haute-Savoie en France.

Cette année, Klaus, moi & Philou sillonneront 5 jours les routes du Tyrol Autrichien, et 5 jours celles de la Haute-Savoie en France, en moto.

Le Tyrol, c’est une première. La découverte de cette belle région qui m’était à ce jour inconnue est idéale pour la moto. D’ailleurs, j’ai la conviction que nous retournerons explorer ces innombrables merveilles de la nature ! Au Tyrol, le motard est roi ! Tout est organisé pour attirer les passionnés de la nature :des hôtels avec parkings motos, des circuits découvertes avec des virolos surprenants, et le plaisir de rouler en altitude en toute liberté dans cette nature luxuriante ! Il est possible aussi par des agences motos de louer à la journée différents modèles.

En dépit de la langue allemande, le Tyrol est une destination de rêve pour les motards ! J’ai été séduite par ses paysages sublimes, ses vallées sauvages et ses montagnes impressionnantes,ses glaciers & lacs limpides de montagne, et par l’air pur des hautes altitudes.

Mercredi 03 : +ou- 780 km.

Dinant (B) jusque Landeck (A) : 816 m d’altitude.

On fera le voyage aller en 1 jour. Départ vers 8 h, il fait frais et nuageux !

Direction E411 luxembourg –  E25 E29 A3 direction Metz – E29 A13 Saarbrücken -Mannheim -E29 A8 Karlsruhe A6 A61 A5 –  A8 Stuttgart – B10 Ulm – A7 Memmingem – Reutte B179 – Imst – A12 Landeck.

Une fois passé la frontière allemande, nous aurons le soleil avec nous jusqu’à la frontière autrichienne. Et les derniers kilomètres jusque Landex, ce sera la douche : zut alors, si près du but ! Je pense que nous sommes arrivés vers 17 h, c’est une belle heure, à l’Hôtel « SCHWARZER ADLER ». C’est bien : un parking fermé pour les 2 roues ! Sauf exception…

L’hôtel est situé au carrefour des routes de l’Arberg et de la vallée resserrée et boisée de l’Inn, au coeur du Tyrol Occidental, à quelques km de la Suisse et de l’Italie.La ville est dominée par le château (13ème – 18ème s.) : c’est le musée régional. De la vallée, de Landeck, on atteint les sommets en 7 minutes dans toutes les directions ! Génial pour les motards!!!

Jeudi 04 : +ou- 310 km.

La Vallée de l’Otztaler Ache,

le Timmelsjoch (A) 2 509 m = Passo des Rombo (I).

De l’Italie, retour par la Vallée Passiria, la Vallée Vinschgau / Val Venosta

 le Reschenpass / Passo Resia 1 455 m, et la Vallée de l’Inntal .

Les routes sont humides, il a plu la nuit, c’est bon signe ! Au lever, de la bruine, ça promet une belle journée en perspective ! De Landeck, il faut suivre la rivière Inn jusque Imst, puis la Vallée Otztal dominée par des résineux.

Les Alpes de l’Otztal, font partie de la haute montagne, avec + de 90 sommets de + de 3000 m. Le point culminant se situe au Tyrol du Nord : la Wildspitze avec 3 774 m.

De Imst vers Oetz, on longe la rivière l’Otztaler Ache « caillouteuse » jusque Solden et Hochgurglbahn.

Là débute le tronçon de route à péage ( 14 euros à moto ) vers les Hautes Alpes en passant par le Timmelsjoch :

route panoramique du monde imposant des glaciers alpins de l’Otzal qui rejoint la vallée de Passeiertal en Italie.

La route grimpe à du 11 % max, avec de larges chaussées de 6 m, et offrant de nombreux points de vue sur ses serpentines fascinantes.

On profite du point de vue à Hochgurgl ! La route est ouverte du début juin à la mi-octobre.

Le Col du Timmeljoch, c’est 30 km d’un côté et 20 km de l’autre de routes larges et lisses et des épingles de fous, surtout côté Italien !

Du Timmelsjoch (A) / Passo Del Rombo (I), on redescend la Vallée Passeiertal / Val Passiria vers Moso, avec sa descente spectaculaire.

On peut voir le joli village tyrolien groupé autour de son église. La route abrupte, parfois taillée dans le rocher offre une vue imposante !

Puis St Leonardo, Merano.

Ensuite, on passe la Vallée Val Venosta / Vinschgau, longue vallée de pommiers, son climat méditerranéen du Sud-Tyrol.

Le Parc National d’un côté, et les Alpes de l’Oztal de l’autre côté. On remonte vers Nauders (A) par le lac de Resia, Graun / Vinschgau, où la mystérieuse église de Curono fût submergée depuis 1950

lors de la mise en eau de ce lac artificiel. On peut voir le village englouti sur une maquette exposée au bord du Lac.

Ensuite direction : Passo di Resia / Reschenpass (1 508 m).

Passée la frontière, on entre dans la haute vallée de l’Inn / Inntal, l’artère vitale du Tyrol. Nauders se trouve au triangle de l’Italie, la Suisse et l’Autriche.

Le paysage est typique des Hautes Alpes !

Retour à Landeck, à l’hôtel « Schwarzer Adler ».

Voilà une journée de beauté naturelle qu’est le Tyrol autrichien et le Sud-Tyrol italien.

Un petit tour de quartier avant l’apéro. A 20 h 30, nous sommes toujours en terrasse : il fait vraiment bon.

Vendredi 05 : +ou- 270 km.

Le Hahntennjoch ( 1 894 m ), la Vallée Lechtal, le Flexenpass ( 1 773 m ),

la Vallée Klostertal, la Vallée Montafon,la Silvretta-Staussee ( 2 036 m ),

la Vallée Paznauntal, et Landeck.

Ce matin dans la vallée, la brume et un peu d’humidité sur la route nous annoncent une belle journée : même journée que jeudi !

Au départ de la Vallée de l’Inntal, juste à la sortie de Landeck, on aperçoit sur la colline, les ruines du Château de Kronburg.

On prend la direction de  Imst pour bifurquer vers la Vallée de Lechtal, en passant par le Hahntennjoch ( 1 894 m ).

En montant le col, on passera dans un nuage : attention aux brousses de vaches en libertés et à la route humide par endroits !

Tient, un arrêt Bus : pour les vaches dans leurs jolies robes de pains brûlés ??? où pour Klaus, où pour Philou, un soucis ???

Imaginez ? Ma moto à l’arrêt tombe, je suis seule ! Le Bus serait un dépannage en tant que piéton !

En plus, les bus sont équipés de remorques : pour les vélos je suppose !

La route, assez raide,  redescend de la Haute Vallée de vertes forêts et de rochers, le long de la rivière Lech  en passant par le village Bschlabs

( je vous laisse le plaisir de prononcer ce nom ) pour rejoindre la Vallée de Lechtal.

La Lech coule dans un lit large et caillouteux, comme beaucoup de rivières en Autriche.

La Lechtal est réputée pour ses maisons décorées de peintures particulièrement belles : ici le village Holzgau.

Il y a aussi la tradition tyrolienne de la sculpture sur bois qui est toujours présente.

En Autriche, ce n’est pas les stations de skis qui manquent ! Attention que, en hivers, certains cols sont fermés en raison d’importantes chutes de neige :

le Timmelsjoch, le Hahntennjoch, la Silvretta, le Furkajoch,…ainsi que les caravanes sont interdites toute l’année, à cause des tournants en épingles !

On suit la Lechtal jusque Lech pour rejoindre la Klostertal par le Col de Flexen / Flexenpass ( 1 773 m ).

On traversera 600 m de tunnels et de galeries de protection contre les avalanches, ajourées de baies.

Juste après, une vue panoramique se dégage sur la Vallée de Klostertal !

On suit la route jusque Stuben, puis direction : Vallée Klostertal, Dalaas, et St Anton et le début de la Vallée de Montafon.

De St Anton, direction : Schruns, Partenen, pour rejoindre la Haute route alpine de la Silvretta, route à péage (  10,50 euros par moto ).

Je tire mon chapeau au chauffeur de bus qui monte le col, même avec l’habitude, le danger est là :

le vide, des lacets serrés, les pentes raides, ses 32 virages.

Mais il faut dire que le réseau routier est excellent : de belles routes larges, bien lisses, sans nids de poules,

et des marquages au sol aussi bien sur les côtés qu’au milieu de routes.

La route monte vers Vermunt-Staussee ( 1 743 m ),

Puis, on passe Silvretta Dorf et Slvretta-Staussee, Bielerhöhe avec son lac artificiel ( 2 036 m ).

Ce barrage permet d’alimenter les centrales hydroélectriques de la Vallée de Montafon, à Partenen ( 1 051 m ).

Les conduites d’eaux sont libérées à la sortie de la centrale de Rodund dans le Montafon.

Certaines centrales comme Lünersee sont reliées au lac par un système de téléphérique.

L’Autriche produit + de la moitié de sa production totale d’électricité grâce à l’énergie hydraulique. Elle n’a pas de centrale nucléaire.

De Bielerhöhe, on descend vers Galtür ( 1 584 m ).

Puis la vallée Paznauntal, en longeant la rivière Trisana, Ischgl ( 1 377 m ), jusque Landeck, à l’hôtel Schwarzer Adler.

Voilà une magnifique balade qui se termine. Rendez-vous au bar pour l’apéro et un peu d’ordi…avant le souper.

Samedi 06 : +ou- 250 km.

La Vallée du Faggenbach / Kaunertal, le Col du Piller / Pillerpass

et la Vallée du Pitzbach / Pitztal.

Le soleil s’est montré tôt, aujourd’hui. Nous sommes dans la vallée, et on peut voir la brume se lever des sols humides.

De Landeck, on descend sur Fliess, Prutz, dans la Vallée de L’Inntal, pour bifurquer vers la Vallée du Faggenbach / Kaunertal.

Comme la plupart des hauts cols : route à péage, juste après Grasse (12 euros à moto).

Le col est ouvert de 7 à 17 h, et jusque 18 h en juin, juillet et août.

On passe Feichten puis on passe les conifères pour rejoindre le barrage Gepatsch-Stausee.

Au fur et à mesure que l’on monte, la route s’élargit et offre un panorama sublime !

On monte jusqu’au bord du glacier. Du parking ( 2 750 m ), un téléphérique grimpe au sommet du Karlesjochbahn ( 3 108 m ). Là, nous nous trouvons d’un côté en Autriche, et de l’autre en Italie, avec une vue panoramique sur las Alpes Italiennes et les Alpes Suisses.

Vue magnifique sur les sommets de la Kaunertal.  Retour au parking, juste à côté du début des pistes, et c’est parti pour la descente au Paradis !

Nous voilà à la rivière Faggenbach, puis le barrage. On suit la forêt de conifères, et juste avant Prutz on bifurque vers Kauns pour rejoindre le Col du Piller / Pillerpass.  Direction : Kaunerberg, Fliess ( son musé ), le parc naturel du Kaunergrat / Naturparkhaus Kaunergrat, Piller.

Superbe vue sur la Vallée Kaunertal  ! On en profite pour faire un break : et un petit verre d’eau fraîche pour la route, le soleil chauffe.

La petite route nous mène à Wenns pour bifurquer sur la Vallée de Pitzbach / Pitztal.

Tiens, un coup de fil : devinez ? C’est Lion qui est en Suisse et qui nous rejoint ce soir. Le temps de passer tous les Cols, nous seront à l’hôtel les premiers !

Au bout de cette vallée gigantesque, Riffelsee. Derrière nous, du pont, on aperçoit un énorme cirque glaciaire,

avec comme point culminant : la Wildspitze ( 3 774 m ), le + haut point de Tyrol.

La balade se termine ici, il reste le retour à Landeck, et faire le plein des motos. Il est temps d’arriver car au loin des nuages noires vont nous dépasser !

On va échapper belle, une fois le plein fait à Landeck, on a juste eu le temps de rentrer les motos au parking couvert : oufti…

Un petit apéro de bienvenue à Lion  bien mérité après autant de km. Je crois qu’il dormira bien cette nuit.

Je remarque que la fatigue le fait rire, parfois un peu bizarre…qu’il attire toute l’attention du resto. Impossible de vous le raconter.

Les stars sont fort demandés ! On veut la  photo surprise ! Dur dur d’être sérieux !!!

Dimanche 07 : +ou- 160 km.

La Vallée de l’Inn / l »Inntal ( A ), le Reschenpass / Passo di Resia ( 1 508 m ) ( I ),

le Stilfserjoch / Passo Dello Stelvio ( 2 757 m ) ( I ),

l’Ofenpass / Pass Del Fuorn ( 2 149 m ) ( CH ),

la Vallée d’Engadin / Unter-Engadin ( CH ), l’Inntal ( I ) et Landeck.

Ce matin, le ciel reste couvert. il n’y aura qu’un seul nuage ! On partira de toute façon.

Direction l’Inntal jusque Nauders, le Reschenpass, et Graun / Vinschgau, le village englouti : les pieds dans l’eau sauf le clocher…

On passe le Lac di Resia, le Lac di Muta, Malles Venosta / Mals, et

on bifurque vers Glorenza / Glurns ( ancienne cité ou se trouve les seules arcades de la vallée ).

On se dirige vers Stelvio, le Parco Nazionale, et on monte la route du Passo dello Stelvio / le Stilfserjoch ( 2 757 m ).

Au début, une vue surprenante sur les lacets serrés à l’infini, abrupte et parfois taillée dans le rocher. Les 48 tournants se font en 1ère vitesse, puis la 2ème, les autres, n’en parlons pas…En plus, la route est humide, il y a un fin brouillard. La pente, à certains endroits, a du 18 %, et les épingles très étroites et très courtes entre elles au plus on s’approche du sommet ! !

Ce n’est pas évident en goldwing, mais vu que j’ai un très bon chauffeur : ce n’est pas un soucis ! Des amateurs ? En gold ?

En haut  du col, la vue panoramique sur la vallée et les sommets imposants est unique : un des+ beaux cols du monde !!! C’est le plus haut col routier d’Italie, et le 2ème plus haut col des Alpes après celui de l’Iseran ( 2 770 m ). En quelques minutes, le brouillard traverse la vallée.

Au sommet, il y a café, resto…et on en profite pour le break. Un bon petit plat et …un café italien…trop chaud ???

Après la pause, on redescend de l’autre côté du col, par la Suisse jusque Santa Maria : une pente à 14 %. Une fine pluie se montre un court instant, suffisant pour ranger l’appareil. Nous sommes dans le Val Müstair, et on bifurque vers le Pass dal Fuorn / Ofenpass ( 2 149 m ), Zernez, Scuol dans la Unter Engadin, et Martina à la frontière autrichienne.

De Martina, on longue la rivière Inn, Pfunds, Prutz et Landeck. On y fait du rafting, et le courant est fort !

Une agréable journée se termine. Pas de soleil, mais on l’a dans nos coeurs.

On rentre à l’hôtel Schwarzer Adler. Rendez-vous à l’apéro à la cafettaria. Ce soir : ambiance au menu !

Lundi 08 : +ou- 510 km.

Le Tyrol Autrichien,

la région des Grisons / du Centre et du Valais Suisse,

et la Haute-Savoie en France.

Eh voilà, aujourd’hui, c’est une longue journée : 8 h de route à traverser les nationales d’Est en Ouest de la Suisse pour rejoindre Hiro & Nina,à la Giettaz dans la Haute-Savoie en France.

De Landeck, de l’hôtel Schwarzer Alder, nous avons déjeuner à 8 h comme d’habitude, et remercier le patron de l’hôtel pour son amabilité, sa gentillesse et sa bonne note pour la cuisine du terroir ! Nous avons goûtés quelques spécialités : la truite,…Bon, il serait temps de partir maintenant ! Lion,arrête de rugir, dépêche-toi !

On démarre vers Prutz, puis Pfunds, dans la Vallée de L’Inn / l’Inntal, pour passer la frontière Suisse, Martina, puis Scuol.

Nous entrons dans la région de Basse-Engadin.On y parle l’italien, l’allemand et le romanche (mélange de latin avec la langue locale)

Sur les hauteurs, on roulera dans un nuage. Schuol, perché à 1 800 m d’altitude, du haut de la Vallée, nous offre une vue verte de forêts.En passant le nuage vers le soleil, un joli arc-en-ciel apparaît : du haut de la montagne, la courbe rentre dans la vallée. On le traversera : wouaw…aussi près, jamais vu !

Puis Susch ( 1 426 m), pour bifurquer par la Vallée Susasca. La route grimpe jusqu’au Col de Flüela / Flüelapass, 2 383 m, avec en arrière plan un décor gris, lunaire. C’est le 5ème Col routier le + élevé de Suisse : Col de l’Umbrail, 2501 m, Col de Nufenen, 2478 m, Col du Gd St Bernard, 2469 m, Col de la Furka, 2431 m, Col de Flüela, 2383 m.

On redescend la vallée avec comme décor : une explosion de rochers dans une nature qui reprend vie. Davos ( 1 535 m ), petite ville au milieu de nulle part, célèbre pour ses sports d’hivers, mais surtout pour son G8,

De Davos, on continue : Tiefencastel, le Col de Lenzerheidepass, Chur / Coire, Reichenau, Flims, Disentis / Mustér.

On quitte la région des Grisons pour entrer dans la région du centre de la Suisse : le Col de l’Oberalp / l’Oberalppass ( 2 044 m ).

C’est la pause midi : le seul resto. Nous sommes en Suisse, les prix sont + cher que chez nous ! J’ai du mal à digérer ! Le cadre est magnifique. Il y a même une gare avec un train à crémaillère qui abouti ici.

On ne s’attardera pas…Direction : Andermatt…

Et le Col de la Furka  / le Furkapass ( 2 431 m ).

Du sommet, on voit à gauche, la route de la Furka, et au bout à droite la route du Grimsel.

Hé bien, une pause aussi ? De la Furka, on descend vers la vallée, Gletsch. On ne montera pas vers Grimsel.

La montagne, de belles routes, des maisons à l’ancienne, sur piloti…

Puis, la région du Valais : Münster, Brig, Sion. C’est une région de vignes…

Puis Martigny, cette immense ville. On a mis 1 h pour la traverser, mais ça en vaut la peine.

On monte vers le Col de la Forclaz ( 1 562 m ), avec vue panoramique sur Martigny. C’est le dernier col avant la frontière francaise.

On se dirige vers Mont-Blanc, en coupant par les Houches, puis on passe devant l’Aiguille du Midi, Salanches et la Giettaz.

Très belle journée avec quelques 5 cols splendide !

Nous voilà presque arrivés à la Giettza,

plus que quelques km…

Ajouter un Commentaire

Commentaires de harcèlement: Bien que la conversation et le partage d'idées différentes soient encouragés, tous les commentaires doivent être respectueux vis-à-vis de nos contributeurs et ceux qui laissent des commentaires.
Commentaires anonymes: Nous n'acceptons que les commentaires des personnes qui s'identifient.
Commentaires promotionnels: Si un commentaire est uniquement de nature promotionnelle, nous le supprimerons du site.

Code de sécurité Rafraîchir

Catégorie :